La culture des victimes est née de la réaction pathologique de l’Occident à l’Holocauste. La réalisation de son ampleur n’a pas éradiqué la haine des Juifs occidentaux; il l’a simplement conduit sous terre.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cela a créé un ressentiment terrible que les gens ne pouvaient plus blâmer les Juifs pour les crimes dont l’Occident antisémite se croyait coupables. La revendication de l’antisémitisme était perçue comme donnant aux Juifs un laissez-passer pour leurs méfaits.

Une profonde jalousie de l’antisémitisme s’installe donc. Une politique identitaire surgit pour définir les groupes comme des victimes afin de gagner une impunité similaire.

Mais il y avait une énorme différence. Ces «groupes de victimes» voulaient un laissez-passer gratuit pour les méfaits réels. Mais la menace perçue par les Juifs pour l’humanité n’existait que dans l’imagination déformée des antisémites.

🟦 ANNONCE 🟦

Non seulement la véritable haine des Juifs a-t-elle été niée en conséquence, mais l’attention qui lui est actuellement accordée a encore augmenté en multipliant le ressentiment. Ainsi, l’antisémitisme qui prévaut dans les discours noirs, musulmans ou palestiniens a été ignoré et les Blancs ont été blâmés à la place.

Dans Independent britannique, Rivkah Brown a écrit que le Premier ministre Boris Johnson, un social-libéral, était le «visage acceptable de la suprématie blanche» et que le monstre anti-juif «sortant de la boue» n’était pas du corbynisme mais du «nationalisme blanc».

De même, le maire de New York, Bill de Blasio, a précédemment imputé la montée de l’antisémitisme aux «forces de la suprématie blanche» et «au mouvement de droite». Et le président américain Donald Trump, sans doute l’occupant le plus pro-juif de l’histoire de la Maison Blanche, est lui-même accusé d’avoir inspiré cette explosion de haine juive.

Ces prétentions absurdes sont le produit d’une culture qui a aboli la vérité objective et donc la raison elle-même.

Les Juifs le prennent toujours dans le cou pendant les périodes de troubles culturels. Mais plus précisément, les Juifs ont produit la boussole morale que l’Occident a maintenant perdue.

Il n’est donc pas surprenant qu’ils se retrouvent les principales cibles de cette folie. Cette saison ouverte contre eux ne prendra fin que si la société occidentale abandonne ses idéologies décadentes et retrouve son centre de gravité morale.

Mais les libéraux descendent toujours plus profondément dans le vortex de la déraison et de l’inversion morale. L’antisémitisme est le marqueur ultime du dérangement culturel. Et donc cette menace contre les Juifs ne prendra pas fin de si tôt.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News