Dimanche, les Pays-Bas ont signalé 13 cas de la nouvelle souche de coronavirus, détectés pour la première fois en Afrique du Sud. À bord de deux vols, arrivés vendredi d’Afrique du Sud, 61 personnes infectées ont été trouvées, et dans 13 d’entre elles, des tests ont confirmé la souche omicron, et non d’autres variantes du coronavirus.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Deux cas d’omicron ont été recensés dimanche par l’Australie, qui a à peine réussi à ouvrir ses frontières fin novembre, et les a aussitôt refermées après avoir signalé l’émergence d’une souche « terrifiante ». Les deux premiers cas d’infection à omicron sont également signalés au Canada.

En Allemagne, trois cas d’infection à omicron ont déjà été confirmés chez ceux qui sont rentrés de l’étranger, en France, la souche sud-africaine est suspectée chez huit infectés.

La nouvelle souche se trouve sur tous les continents. Aux États-Unis, il n’a pas encore été identifié, mais le conseiller de la Maison Blanche Anthony Fauci a déclaré que l’omicron apparaîtra inévitablement, et très probablement, se propage déjà en Amérique.

🟦 ANNONCE 🟦

Les gouvernements du monde entier restreignent l’entrée en provenance d’Afrique du Sud et ferment les frontières. Le Maroc était le plus radical de tous – ce pays a complètement cessé de recevoir des vols étrangers depuis deux semaines.

L’OMS continue de mettre en garde contre une action de panique précipitée et appelle à ce que les frontières restent ouvertes, notant qu’omicron a déjà été trouvé dans de nombreux pays et que les fermetures de frontières ont toujours un « effet limité ».

Pendant ce temps, les médecins sud-africains continuent de diffuser des données apaisantes : la nouvelle souche, malgré le grand nombre de mutations, ne montre pas de résistance aux vaccins, infecte principalement les enfants et les jeunes et provoque des symptômes très légers. On ne sait même pas si l’omicron est en réalité plus infectieux et se propage plus rapidement que ses prédécesseurs, et s’il remplace la souche delta dominante dans le monde.

Les autorités médicales de Hong Kong ont déclaré que deux des personnes infectées par Omicron avaient été vaccinées avec Pfizer et présentaient des symptômes très légers (mal de gorge). Une forme grave d’infection causée par la nouvelle souche n’a encore été observée nulle part dans le monde.

Le chef du service de santé publique du ministère de la Santé, le Dr Sharon Alroi-Price, a assuré aujourd’hui que, selon les informations disponibles, la vaccination protège également contre l’omicron, au moins contre les formes sévères de la maladie.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News