La récente affaire entre la France et les États-Unis sur la vente des sous-marins à l’Australie a culminé dans un processus qui a commencé il y a plusieurs années avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis. Une procédure visant à la maturation sécuritaire de l’Europe en tant qu’union d’États.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Indépendance sécuritaire

Trump a fait valoir à juste titre que l’Europe devrait participer au financement de l’OTAN. C’est aujourd’hui le seul organisme qui dissuade la Russie et la Chine d’envahir l’Europe et l’essentiel de sa puissance repose sur la puissance militaire des États-Unis, qui investissent également pas mal d’argent chaque année dans son existence.

Trump voulait que chaque pays européen, un total de 28 dans l’union, alloue 2% du PNB à la construction d’une force militaire. Ainsi, la force conjointe de tous les pays européens, avec les États-Unis, suffira à dissuader les ennemis. Je mentionnerai que l’Europe est l’un des principaux marchés pour l’exportation de biens et de produits américains, et qu’elle sert aussi comme une sorte de profondeur stratégique pour les États-Unis en plus de l’océan.

🟦 ANNONCE 🟦

Comme mentionné, les demandes de Trump des pays européens ont commencé à briser l’alliance stratégique entre l’Europe et les États-Unis. Certes, il faut mettre les choses en proportion. L’OTAN restera probablement avec nous pendant de nombreuses années à venir, mais en Europe, des voix se sont élevées contre la tentative américaine de dicter des décisions en matière de sécurité.

Cela signifie pour l’Europe une exigence d’indépendance en matière de sécurité. Une demande entendue principalement par les trois pays les plus puissants d’Europe – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Aux fins de la discussion, la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union ne devrait pas interférer avec la coopération sécuritaire entre les deux pays.

Ancrage au Moyen-Orient
Concernant ces changements géopolitiques, le Dr Aryeh Bensmahon, directeur exécutif d’ELNET Europe-Israël, affirme qu’Israël est en mesure d’offrir à l’Europe un ancrage au Moyen-Orient.

« Regardez », m’explique Bensmahon lors d’un appel WhatsApp depuis la France. « Israël et une partie de l’Europe ne partagent pas la même vision des risques au Moyen-Orient. On peut dire que l’Europe et Israël sont amis, mais ne partagent pas la même perception de la réalité. Les Européens ne soutiennent pas toujours la manière dont Israël se défend. Il y a un défi politique et social de rapprocher les parties d’une même vision du monde.

« En Europe, l’accent est davantage mis sur la politique que sur la cinétique. En Israël, on prétend que les États devraient s’assurer que vous ayez un gros bâton dans l’autre main. Ce sont des visions du monde différentes sur la façon dont les processus sont conduits et comment les résultats sont obtenus.

« La politique étrangère de l’Europe est confuse dans le contexte des Palestiniens. En Europe, ils ne tiennent pas compte du fait que les Palestiniens utilisent le terrorisme et qu’ils ont de la corruption. Ce n’est que récemment qu’il y a eu des débuts montrant que les Européens font pression sur les Palestiniens pour qu’ils s’améliorent. Une partie de l’argent européen passe par des organisations à but non lucratif, dont certaines sont affiliées à des organisations terroristes palestiniennes. Certains utilisent cet argent pour le boycott et la délégitimation contre Israël.

« Aux yeux des Européens, ils donnent de l’argent à des œuvres caritatives qui soutiennent les pauvres. But humanitaire. Mais ils ferment les yeux sur les autres utilisations faites de cet argent. Comme mentionné, cela commence à changer. De plus en plus d’institutions européennes sont sobres et veulent une supervision. Ils veulent voir que l’argent n’est pas consacré à la manipulation des programmes d’études, au financement du terrorisme, à la délégitimation, etc. Mais l’argent va à qui il est destiné.

Une partie de l’effort de l’organisation ELNET Europe-Israël est de créer un pont entre Israël et l’Europe. En raison du corona, cette fois, l’organisation a décidé d’amener une délégation israélienne de haut niveau à Milipol en France. L’exposition des armes est un bon endroit pour organiser des réunions visant à rapprocher les perceptions de la sécurité des deux côtés.

Dans la délégation israélienne qui s’est rendue en France ces derniers jours, vous pouvez trouver MK (Maj. Gen.) Yoav Galant, MK Prof. Yossi Shein, Major General (Res.) Eli Cheney Marom, Brigadier General (Res.) Amnon Sofrin, cellulaire À Effie Dafrin et plus. Ceux-ci ont rencontré sur le salon des représentants du ministère français de la Défense et d’autres représentants européens.

« Nous voulons promouvoir les discussions sur la stratégie et la diplomatie entre Israël et l’Europe », explique Bensmahon. « Parfois, nous pouvons également établir des liens entre les entreprises, mais ce n’est pas notre objectif principal. Nous nous définissons comme un institut de recherche dont le but est de promouvoir les relations entre l’Europe et Israël.

Nous avons des partenariats avec le Mashabat et d’autres organismes gouvernementaux en Israël et en France. Milipol est une bonne occasion d’amener une délégation israélienne en France pour rencontrer des parlementaires et plus encore. Entre autres choses, les parties peuvent discuter de la guerre contre le terrorisme et d’autres questions de sécurité.

Le maire de Kiryat Shmona et de Sderot sont également présents dans la délégation. Ils sont dans la ligne de mire des organisations terroristes et peuvent témoigner directement des défis que de telles vies créent en Israël. À l’avenir, nous voulons amener des députés français à Kiryat Shmona et à Sderot. Qu’ils voient par eux-mêmes la vie à la frontière face aux organisations terroristes.’

Bensmahon note positivement l’exercice « Pavillon bleu » qui s’est tenu récemment en Israël et auquel les forces aériennes de plusieurs pays européens ont participé. « Nous voyons qu’il y a encore des pays en Europe qui ne savent pas comment se comporter avec Israël. Ils ont peur qu’Israël les manipule. « Ce sont des pays qui veulent rester neutres entre les parties au Moyen-Orient », explique Bensmahon.

« Nous essayons d’expliquer que l’Europe a aussi des menaces au Moyen-Orient. L’Europe traverse une crise sanitaire suite au corona, mais aussi une crise stratégique. Ils veulent moins dépendre des États-Unis et ils chercheront de nouveaux amis sur qui compter. Israël et les pays modérés du Moyen-Orient peuvent être un point d’ancrage. Au cours de la prochaine décennie, la situation sécuritaire entre les États-Unis et l’Europe devrait changer – et c’est une opportunité politique pour Israël. »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News