L’agence de presse officielle saoudienne Okaz a publié un article critiquant le Hamas pour avoir officiellement pleuré Qassem Suleimani, critiquant à la fois Suleimani et le groupe terroriste.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans une nouvelle confirmation de sa dépendance à l’égard du régime des mollahs et de son programme sectaire subversif dans la région, le Hamas – le bras des Frères musulmans à Gaza a annoncé que son chef du bureau politique, Ismail Haniyeh, a appelé le ministre iranien des Affaires étrangères, Jawad Zarif et a présenté ses condoléances pour la liquidation d’un chef du Corps des gardiens de la révolution, Qassem Suleimani.

Haniyeh n’était pas satisfait des simples condoléances, mais a salué « le rôle de Suleimani dans le soutien de la résistance et la position du peuple palestinien ». Le mouvement des Frères musulmans ne s’est pas arrêté aux frontières  et a décrit le tueur d’enfants comme un « martyr ». Il a plutôt installé une tente de deuil à Gaza, dans laquelle il a élevé des photos de Suleimani.

Quant à Haniyeh, il a oublié que les combats du défunt Suleimani qui étaient au sommet des corps arabes … Nous ne savons pas qu’il a tué un seul Israélien, mais il a tué des femmes, des personnes âgées et des enfants et assassiné les rêves de milliers de personnes innocentes en Syrie, en Irak, au Yémen et au Liban.

🟦 ANNONCE 🟦

On peut dire que son régime terroriste par excellence a fourni un soutien militaire ou des hommes armés formés des milices du Hamas, du Jihad ou du Hezbollah, mais il ne l’a pas fait pour servir la cause ou la croyance en la libération des terres occupées, mais pour affiner son image et projet sectaire expansionniste.

Cela peut être prouvé: lorsque les calculs du mouvement Hamas contrastaient avec l’intérêt de Téhéran pour la Syrie, ce dernier a cessé de le soutenir et a rompu sa relation. Lorsque les cris de mort pour l’Amérique en tant que « Grand Satan » montaient dans les rues de Téhéran et de Qom, Suleimani et ses milices et mercenaires de plusieurs nationalités ont continué à massacrer des innocents en Syrie et en Irak.

Suleimani, qui selon le Hamas était un «martyr», n’était pas un combattant défendant les intérêts de la nation islamique, mais il était le symbole d’un projet expansionniste trempé dans le terrorisme, le massacre, la ruine et le sectarisme.

Haniyeh est maintenant en Iran, offrant ses condoléances directement et essayant probablement de faire en sorte que le financement du Hamas ne se tarisse pas.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News