Parmi les chrétiens qui se tiennent aux côtés d’Israël, aucun n’est aussi proche que les évangéliques. Un sondage mené en 2017 par Lifeway Research a révélé que 67% des chrétiens évangéliques avaient une perception positive de l’État juif.

C’est beaucoup de gens. Selon le français Sébastien Fath, il y aurait environ 630 millions d’évangéliques dans le monde. En 2014, Pew a indiqué qu’il y en avait pas moins de 81 millions aux États-Unis.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

À première vue, cela se traduit par une énorme groupe de soutien pour l’État israélien moderne. En chiffres, il y a 422 millions d’évangéliques dans le monde, dont 54 millions aux États-Unis.

Des personnalités comme celles-ci ont persuadé de nombreux Israéliens de considérer le soutien évangélique comme plus important que celui de n’importe quelle nation. Lors de son séjour au Brésil en décembre 2018, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tweeté: «Nous n’avons pas de meilleurs amis dans le monde que la communauté évangélique, et la communauté évangélique n’a pas de meilleur ami au monde qu’Israël.»

Il y a bien sûr plus à l’histoire. Le sondage Lifeway Research a révélé que pas moins de 97% des évangéliques qui soutiennent Israël ne l’ont jamais visitée. Les deux tiers n’ont pas d’ami juif.

Peut-être pour ces seules raisons, les organisations qui représentent le soutien évangélique à Israël ne se concentrent pas sur la campagne mondiale de boycott, de désinvestissement et de sanction visant à délégitimer l’État juif et à paralyser son économie. Au lieu de cela, ils se concentrent sur l’éducation de leurs électeurs sur la nation d’Israël.

«Le mouvement BDS s’appuie sur le mensonge et le fanatisme pour faire avancer son programme. Nous les combattons en enseignant la vérité et en prêchant la tolérance», a déclaré Shari Dollinger, codirectrice exécutive de Christians United for Israel (CUFI).

«CUFI combat le BDS par l’éducation et la défense des droits sur les campus, dans les églises et via les médias sociaux. Bien que nous ne nous concentrions pas sur des conférences ou des événements spécifiques , c’est une question qui est discutée lors de nos principaux rassemblements. La lutte contre BDS est un élément central de notre programme politique. «