Le fondateur de Ben et Jerry’s double le boycott anti-israélien, Ben & Jerry’s a défendu lundi sa décision de restreindre ses ventes en Israël, le fondateur déclarant au groupe militant anti-israélien Americans for Peace Now qu’il était « fier » du boycott.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Nous l’avons fait. Nous en sommes fiers », a déclaré le fondateur de Ben & Jerry’s, Ben Cohen, lors de l’appel de lundi, alors même que la société fait face à un retour de bâton juridique de plusieurs États américains. « Nous utilisons constamment notre voix pour défendre la justice, et la chose incroyable que nous avons découverte au fil des ans est que nous vendons plus de crème glacée. »

Au moins huit États américains ont déclaré qu’ils envisageaient de sanctionner Ben & Jerry’s, ou sa société mère Unilever, en vertu des lois anti-boycott, après que le fabricant de crème glacée a annoncé qu’il arrêterait les ventes dans les quartiers juifs des zones contestées d’Israël, selon le Agence télégraphique juive.

La conférence téléphonique a été organisée par le groupe de gauche Americans for Peace Now et comprenait la présidente du conseil d’administration de Ben & Jerry’s, Anuradha Mittal, et Suhad Babaa, le directeur de Just Vision, un groupe qui milite pour le mouvement de boycott anti-israélien. Peter Beinart, un écrivain qui s’oppose à l’existence d’un État juif et qui a travaillé en interne avec Ben & Jerry’s pour défendre ses efforts de boycott, était également à l’appel.

🟦 ANNONCE 🟦

Cohen a nié que la décision de l’entreprise était motivée par un sentiment anti-juif. Il a dit qu’il soutenait la notion d’État juif et qu’il ne se rendait pas compte que d’autres personnes vivaient dans la région avant la création d’Israël.

« Je comprends qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces pays se sont réunis et ont dit que les Juifs devraient avoir une patrie. Oui, je suis d’accord avec cela. J’avais l’impression à l’époque qu’il n’y avait pas de personnes vivant dans cette région, mais apparemment il y en avait, et ils n’aimaient pas l’idée qu’une patrie juive soit établie là où ils vivaient, et je le comprends », a déclaré Cohen.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News