Le volet économique du nouveau plan de paix israélo-palestinien consiste à édifier la nation avec des stéroïdes. C’est gros, c’est audacieux et c’est complet. Il y a juste un problème. Comme nous l’avons appris à maintes reprises depuis la Seconde Guerre mondiale, le développement n’achète pas la paix dans les guerres ethniques et religieuses, car les problèmes sociaux et économiques ne sont pas le moteur du conflit.

La guerre israélo-palestinienne n’est pas une guerre idéologique, ni une guerre politico-économique où développement et gouvernance sont nécessaires à la paix et à la stabilité. C’est une guerre de religion. Seule la force peut y assurer la stabilité et seules les générations futures trouveront un moyen de parvenir à la paix.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

J’ai passé beaucoup de temps sur le terrain en Judée samarie et à Gaza dans les années 90, travaillant sur des projets routiers, d’approvisionnement en eau, de logement, d’affaires, de commerce et d’autres projets de développement économique de l’USAID. Les projets ont fait du bien, mais personne ne vivait dans l’illusion qu’ils changeraient considérablement le calcul de la paix.

Les Palestiniens se feront un plaisir de prendre chaque sou de l’argent des contribuables américains, mais le commerce, les investissements et le développement économique ne les inciteront pas à modérer leur haine pour Israël. Cette haine fait trop partie de leur identité culturelle. La triste vérité, c’est que le développement économique ne favorise ni la paix ni la stabilité dans les guerres de religion. Surtout les guerres islamiques. Au lieu de cela, les États-Unis devraient se concentrer sur la force militaire et aider Israël à se protéger de ses ennemis communs.