Roger Cohen du New York Times s’est rendu en Israël et a écrit des articles pour faire mal paraître Israël. Dans le journal de dimanche,  dans un article sur les émeutes entre Arabes et Juifs en Israël en mai, Cohen a écrit :

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
La précarité, le sentiment que leurs maisons pourraient toujours être prises, est une condition permanente des citoyens palestiniens d’Israël. Hormis sept villes bédouines établies dans le désert du Néguev, aucune nouvelle ville ou village arabe n’a été construit depuis 1948. L’éducation reste étroitement ségréguée : les Arabes fréquentent massivement les écoles arabes et les écoles juives juives, elles-mêmes divisées en catégories laïques et religieuses. Les municipalités arabes, occupant moins de 3 % du territoire israélien, sont incapables de s’étendre en raison de la réglementation foncière et se sont retrouvées encerclées par plus de 900 nouveaux villages et villes juifs.
Ken Roth de HRW a cité ceci ici , l’un des trois tweets d’un seul article.
Il y a une hypothèse étrange dans ces deux paragraphes, avec quelques erreurs évidentes. Cela implique que les Arabes doivent vivre dans des villes ou villages arabes en Israël et cela semble impliquer qu’ils ne peuvent pas vivre dans des villes à majorité juive.
En fait, selon les statistiques israéliennes de 2019 , environ 27% des Arabes israéliens vivent dans des villes ou villages à majorité juive. 360 000 vivent à Jérusalem seulement, et 33 000 autres à Haïfa, 20 000 à Tel Aviv/Jaffa et des milliers d’autres à Beersheva et Eilat. Des dizaines de milliers d’Arabes vivent dans des villes mixtes comme Akko et Lod. 
Maintenant, imaginez si Israël disait aux Arabes qu’ils doivent vivre dans des villes uniquement arabes. Imaginez le tollé, les accusations de racisme qui s’ensuivraient. Mais c’est exactement ce que Cohen et Roth semblent dire, c’est l’idéal !
Nous n’avons pas à imaginer ce tollé. Le projet initial de la « loi sur l’État-nation » controversée d’Israël comprenait une clause (7B) qui disait que « l’État peut permettre à une communauté composée de personnes de la même foi ou nationalité de maintenir une communauté exclusive ». Le président Reuven Rivlin a sévèrement critiqué cette clause, comme l’ont fait de nombreux libéraux et gauchistes israéliens. Il n’a pas été laissé dans la version finale.
En regardant les statistiques, il y a des villes qui sont uniquement arabes et d’autres qui sont uniquement juives. Curieusement, il existe de nombreuses petites villes qui ont une grande majorité d’un groupe et un petit nombre de l’autre, ce qui indique que dans la plupart des communautés, il n’y a aucun obstacle à l’installation de quiconque s’il le souhaite. Il y a environ 170 villes et villages qui sont majoritairement juifs mais qui ont moins de 30 Arabes qui y vivent, et environ 45 communautés arabes avec moins de 30 Juifs vivant parmi elles. Pour autant que l’on sache, à l’exception de certains villages (moins de 400 ménages) dans le Néguev et la Galilée qui peuvent avoir des comités pour approuver qui peut emménager, il est illégal pour les villes israéliennes de discriminer tout citoyen. 
Il est raisonnable de souligner que les communautés majoritairement arabes ont plus de mal à obtenir des autorisations de construction que les communautés majoritairement juives. Mais Cohen va bien au-delà. Il donne l’impression que les Arabes sont coincés sans pouvoir bouger. Et il n’est rien de moins que bizarre que Cohen et Roth semblent soutenir la ségrégation des Juifs des Arabes – pourtant si Israël disait cela, ils seraient les premiers à accuser Israël de racisme.
Qu’en est-il de son affirmation selon laquelle aucune nouvelle ville ou village arabe n’a été construit depuis 1948 ? Nous avons déjà entendu cela, mais cela ne semble pas être vrai du tout. Selon le Bureau central des statistiques d’Israël , en 1961, il y avait 109 « localités non juives » et en 2018, il y en avait 137, soit une augmentation de 25,6%. Dans le même temps, le nombre de localités juives passa de 771 à 1090, soit une augmentation de 39,5%. Pas égal certes, mais une nette augmentation des communautés arabes, principalement dans le Néguev et dans le Nord (même en excluant les 5 communautés arabes gagnées en annexant les hauteurs du Golan.) 
Et Israël a-t-il construit plus de 900 nouveaux villages et villes juifs ? . Comme mentionné, le nombre total de localités juives est de 1090, et il y en avait 771 il y a 60 ans. Cela ne ressemble pas à plus de 900 nouvelles communautés juives. 
L’article prétend être équilibré, mais comme toujours, quand vous regardez les détails, il montre un parti pris clair contre Israël et les Juifs. 


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News