Presque tous les pays d’Europe ont des monuments commémoratifs de l’Holocauste; son histoire est fréquemment évoquée par les hommes politiques et les intellectuels. Mais si la Shoah peut souvent être considérée comme une commémoration et une éducation sur le sujet, elle peut vacciner contre l’antisémitisme, l’expérience récente du continent suggère le contraire, comme l’écrit l’écrivain économiste sous le nom de Charlemagne.

Un sondage effectué par l’Union européenne auprès de 16 000 Juifs dans douze États membres a révélé que 89% pensaient que l’antisémitisme avait augmenté au cours des cinq dernières années et qu’un sur trois avait été victime de harcèlement au cours de l’année écoulée. Parfois, l’antisémitisme ressuscité est violent et fier, comme lors du passage à tabac à la ceinture de deux hommes portant des kippots à Berlin le printemps dernier. Ailleurs, il porte un masque de fausse innocence. . . . Les dirigeants du parti travailliste britannique ont toléré pendant des années l’antisémitisme dans les rangs. Tout cela sur un continent inondé de monuments commémoratifs de ce qui se passe quand on ferme les yeux sur le fanatisme.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Il y a deux conclusions possibles à tirer. La première est que les commémorations européennes de l’Holocauste doivent simplement être plus grandes. Cependant, à dix minutes en taxi du site des agressions de l’année dernière à Berlin, se trouve le mémorial des Juifs assassinés d’Europe, une mer de piliers ressemblant à des pierres tombales occupant tout un pâté de maisons. Si la visibilité était la clé, cela devrait limiter les attaques. La conclusion la plus embarrassante est que les monuments commémoratifs ne suffisent pas, mais que, mal interprétés, ils peuvent laisser entendre que l’antisémitisme n’appartient qu’au passé et engendrer une complaisance à l’égard du présent.

Les forces de l’ordre doivent systématiquement lutter contre les crimes antisémites. Les dirigeants doivent éviter les politiciens qui brouillent les frontières entre la politique traditionnelle et la crasse antisémite. . . .