L’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a annoncé jeudi que l’administration Biden donnerait 15 millions de dollars à l’Autorité palestinienne comme première étape du rétablissement de l’aide financière aux Palestiniens. Le montant forfaitaire initial est destiné à lutter contre les problèmes liés à la pandémie COVID. L’argent ira à l’Autorité palestinienne, au gouvernement de Judée-Samarie et au Hamas, qui dirige Gaza.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Le président Biden rétablit les programmes d’assistance américains qui soutiennent le développement économique et l’aide humanitaire pour le peuple palestinien», a déclaré Thomas-Greenfield lors d’un briefing du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation au Moyen-Orient.

«Cette aide urgente et nécessaire est un élément de notre engagement renouvelé envers le peuple palestinien», a-t-elle ajouté. «Cette aide aidera les Palestiniens dans le besoin, ce qui apportera plus de stabilité et de sécurité aux Israéliens et aux Palestiniens. C’est conforme à nos intérêts et à nos valeurs, et cela correspond à nos efforts pour éradiquer la pandémie et l’insécurité alimentaire dans le monde. »

«Les États-Unis continueront de se tenir fermement aux côtés d’Israël, en particulier lorsqu’il est injustement mis en évidence par des résolutions et des actions unilatérales dans les instances internationales», a-t-elle déclaré. «Les États-Unis se sont de nouveau engagés dans la vision d’une solution à deux États convenue d’un commun accord, une solution dans laquelle Israël vit dans la paix et la sécurité aux côtés d’un État palestinien viable.»

🟦 ANNONCE 🟦

La solution à deux États appelle à la création d’une entité politique arabe à l’intérieur des frontières d’Israël qui est ethniquement nettoyée des juifs, avec sa capitale à Jérusalem qui interdit l’accès des juifs aux lieux saints.

«Nous pensons que cette vision est le meilleur moyen d’assurer l’avenir d’Israël en tant qu’État démocratique et juif tout en soutenant les aspirations légitimes du peuple palestinien à un État qui lui est propre et à vivre dans la dignité et la sécurité.»

Le programme d’aide contourne le Taylor Force Act adopté par le Congrès américain en 2018, qui interdit au gouvernement américain d’envoyer une aide qui profitera directement à l’Autorité palestinienne tant qu’elle continuera d’envoyer des allocations régulières aux Arabes condamnés pour des actes de terrorisme. Les États-Unis étaient le plus grand pays donateur aux Palestiniens jusqu’à ce que le président Trump réduise l’aide en raison de l’intransigeance de l’Autorité palestinienne dans les négociations avec Israël et du refus de poursuivre les relations avec les États-Unis.

L’objectif de la restauration de l’aide n’est pas clair car les accords d’Abraham normalisant les relations entre Israël et les États arabes du Golfe ont définitivement prouvé que les Palestiniens sont, en fait, l’obstacle à la paix dans la région et ne font pas partie de la solution.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News