Les soldats israéliens ont-ils récemment arrêté des jeunes Palestiniens pour le «crime» de cueillir des fleurs et des légumes situés sur un avant-poste juif en Judée Samarie ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

C’est exactement l’histoire propagée par l’Associated Press (AP) dans un article entièrement basé sur une vidéo et une déclaration fournies par l’ONG provocatrice B’Tselem.

L’article de l’AP, qui a été republié dans de grands médias tels que ABC News, suggérait: «Les troupes israéliennes ont détenu cinq enfants palestiniens pendant plusieurs heures après avoir été confrontés à des colons juifs alors qu’ils ramassaient des artichauts sauvages près d’un avant-poste de la colonie

🟦 ANNONCE 🟦

L’histoire a également été rédigée par d’autres sites tels que Business Insider et NBC News.

Avant même que l’article ne soit publié dans les médias, le correspondant de l’Independent au Moyen-Orient, Bel Trew, a écrit mercredi dans un fil Twitter que «Israël a arrêté 5 enfants palestiniens âgés de 7 à 11 ans… après avoir cueilli des fleurs près d’une colonie occupée de Cisjordanie selon les groupes de défense des droits. »

Les allégations, elles aussi, sont entièrement basées sur des preuves anecdotiques et partielles fournies par B’Tselem.

Il y a trois problèmes majeurs avec la déclaration de Trew:
1. Le terme correct est «détenir» et non arrêter. Les enfants ont été emmenés dans un poste de police et remis par la suite sous la garde de leurs familles.
2. Il y a des images vidéo des enfants qui s’introduisent dans une ferme juive. Les sons des animaux de basse-cour sont clairement enregistrés sur la vidéo, et les enfants sont vus accroupis à côté de ce qu’une voix sur la vidéo décrit comme une cage à perroquet. C’est la raison pour laquelle ils ont été détenus. Il n’y a aucune preuve pour étayer l’affirmation selon laquelle ils ont été détenus pour avoir cueilli des fleurs (ou des légumes).
3. La revendication n’a pas été faite par des «groupes de défense des droits» au pluriel, mais par un seul groupe, qui a à maintes reprises exprimé clairement son programme anti-Israël.

Il y a 15 ans, par un après-midi de mars brillant et froid, un adolescent palestinien s’approche d’un checkpoint israélien à l’extérieur de Naplouse. Seul au milieu de la route, se trouve la petite silhouette d’Hussam Abdo, 15 ans.

Les parachutistes israéliens pointent leurs fusils d’assaut et lui crient désespérément de retirer sa ceinture explosive de kamikaze.

Chancelant, tâtonnant, après quelques minutes angoissantes, il s’exécute.

Les 8 kg d’explosifs et de clous sont tirés de dessous son pull rouge.

Sa mission suicide est avortée.

Abdo a révélé plus tard qu’on lui avait promis 100 NIS (un peu plus de 20 $). Les médias israéliens ont rapporté qu’il était un garçon «mentalement déficient» dont le frère le décrit comme ayant «l’intelligence d’un enfant de 12 ans». C’est incroyablement choquant, mais le voici, filmé par les caméras de l’Associated Press.

15 ans plus tard, Israël n’est plus attaqué sans relâche par des kamikazes, mais les postes de contrôle et les soldats restent, toujours présents pour arrêter toute nouvelle attaque. Lorsque les médias font référence au contrôle militaire israélien de la région, il est essentiel de se souvenir et de comprendre le contexte et l’histoire. Des attaques comme celle-ci ont laissé une impression indélébile sur la psyché israélienne et nécessitent une vigilance constante.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News