Selon NPR , le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens et ne leur permet que de construire des abris en toile et en bois. Mais les lois n’ont pas été clairement énoncées. Le gouvernement n’autorise pas la création de camps de réfugiés formels. Ainsi, au lieu de cela, de nombreux réfugiés vivent dans des quartiers informels, dans des maisons de fortune, dont certaines sont devenues au fil du temps des maisons plus durables dotées de murs anti-brise-vent.

Un décret militaire publié en avril exige désormais que les réfugiés démolissent les murs de béton de plus d’un mètre de hauteur. L’armée a donné aux réfugiés jusqu’au 1er juillet pour s’y conformer, sinon les autorités entreraient et démoliraient les structures elles-mêmes. Mais la crainte parmi les réfugiés est que s’ils laissent l’armée la tâche de faire exécuter les démolitions, tout le camp, ainsi que leurs biens, qui seront rasés. Et ils s’efforcent donc de détruire les maisons qu’ils ont construites.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Pourquoi devrais-je garder mes affaires et mes enfants à la maison et laisser la maison s’écrouler par-dessus mes enfants et tout le reste? » Dit Jumaa. La plupart des Syriens n’ont pas d’autre lieu de refuge, et on ignore où vont aller des milliers de personnes après la destruction de leur maison.

La décision soudaine a laissé les agences humanitaires se démener pour acheter des tentes à ceux qui resteraient sans abri. Selon Save the Children, ce décret militaire a touché plus de 5 000 familles syriennes et jusqu’à 15 000 enfants syriens risquent maintenant de se retrouver sans abri.

HRW note que de nombreuses municipalités libanaises ont également expulsé des réfugiés syriens de chez elles afin de faire pression sur eux pour les inciter à retourner en Syrie, où ils risquent la mort. 

Avez vous vu les  couvertures médiatiques sur les maisons de réfugiés syriens en danger de démolition ? CodePink et IfNotNow ou les sites « pro-Palestine » ont-ils manifesté publiquement ? …