Selon le magazine Time, les National Institutes of Health (NIH) de Bethesda, dans le Maryland, commencent les tests d’un médicament antiviral sur un passager de croisière Diamond Princess et préparent un nouveau vaccin contre les coronavirus à tester sur l’homme .

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le médicament antiviral, Remdesivir , développé pour Ebola, est testé sur un patient qui a été amené aux États-Unis de la croisière Diamond Princess et a été infecté par le coronavirus. D’autres diagnostiqués avec le coronavirus COVID-19, la maladie causée par le virus, participeront également à l’étude. Le remdesivir a montré des résultats encourageants chez les animaux infectés par deux coronavirus apparentés, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), selon Time.

691 personnes ont été infectées par le coronavirus du Diamond Princess qui était amarré au sud de Tokyo , selon Reuters . Quatre passagers sont morts après avoir été infectés.

Les volontaires seront assignés au hasard pour recevoir le médicament ou un placebo par voie intraveineuse pendant 10 jours et subiront des tests sanguins et des tests du nez et de la gorge tous les deux jours pour suivre la quantité de virus dans leur corps. Même si le médicament ne montre qu’une certaine efficacité pour empêcher les niveaux de SRAS-CoV-2 d’augmenter dans le sang, il pourrait aider à contenir la propagation du virus.

🟦 ANNONCE 🟦

Moderna Therapeutics, une société de biotechnologie de Cambridge, dans le Massachusetts, a envoyé les premiers lots de son vaccin COVID-19 au National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) du NIH, qui préparera le vaccin pour les tests humains dès avril , selon Time.

Le nouveau vaccin a été fabriqué seulement 42 jours après la publication de la séquence génétique du virus par des chercheurs chinois avec une nouvelle méthode qui permet une escalade rapide du vaccin . Le vaccin est plein d’ARNm, le matériel génétique qui provient de l’ADN et produit des protéines, qui code pour les bonnes protéines de coronavirus qui sont ensuite injectées dans le corps. Les cellules immunitaires peuvent traiter cet ARNm et commencer à fabriquer la protéine de la bonne manière afin que d’autres cellules immunitaires le reconnaissent et la marquent pour la destruction.

L’Université Johns Hopkins a enregistré 81 005 cas confirmés d’infection à coronavirus, avec 2 762 décès et 30 116 récupérations jusqu’à mercredi matin 



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News