Ce qui est actuellement promu par la communauté internationale n’est pas un discours de critique, qui serait légitime, mais plutôt une tempête de préjugés.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Des recherches et des sondages effectués dans des dizaines de pays témoignent que l’antisémitisme inspiré par les virus est devenu viral sur les médias sociaux, et c’est la continuation des anciennes théories du complot des diffamations sanguines qui ont toujours peint les Juifs comme la source de maladies et épandeurs. L’opinion publique surfera à nouveau sur cette vague antisémite meurtrière.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, a personnellement promu la diffamation sanguine contre le coronavirus en déclarant que les soldats et les « colons » israéliens ont sciemment répandu le coronavirus largement parmi les Palestiniens. Son porte-parole est même allé jusqu’à déclarer que l’occupation elle-même était le virus et que les Juifs avaient infligé la pandémie aux Palestiniens. Le phénomène de la peste antisémite a convergé avec le Coronavirus, qui s’est ensuite entrelacé avec les vagues suivantes.

Des dirigeants nationaux et internationaux responsables qui ont pris position contre l’antisémitisme au cours de cette période se sont mobilisés pour lutter contre l’idée que les Juifs sont responsables de COVID-19. En outre, certains dirigeants cherchent à renverser les théories du complot selon lesquelles les juifs impérialistes et leurs richesses tentent de dominer le monde. Certains combattent ceux qui veulent effacer la mémoire de la Shoah. D’autres affrontent la haine néo-nazie. Et d’autres se concentrent sur les préjugés de leurs sociétés contre les Juifs en raison de leur haine, de leurs préjugés et de leur ignorance du judaïsme.

🟦 ANNONCE 🟦

Les porte-parole politiques, diplomatiques et universitaires qui se soucient profondément de l’adoption et de la promotion de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), ont confirmé le lien entre la haine d’Israël et la haine antisémite lors d’une conférence en ligne en juin 2020. Katharina Von Schnurbein , le coordinateur de la Commission européenne sur la lutte contre l’antisémitisme, a fait allusion à une enquête de 2019 dans laquelle 85% des juifs ont déclaré qu’ils se sentaient perçus à travers la lentille israélienne. Les juifs sont synonymes d’Israël.

La question qui se pose est la suivante: si, comme le suggère l’IHRA, la haine anti-israélienne est le moteur de l’antisémitisme, son jumeau, pourquoi n’y a-t-il pas de mesures pour faire face à cette double menace? Pourquoi ne pas être plus prudent face aux questions concernant Israël? Pourquoi ne pas contester les deux haines en approfondissant l’histoire d’Israël, sa nature démocratique, son inspiration humaine et l’histoire héroïque du pays lui-même?

Les institutions et les États qui ont mis en œuvre des mesures contre l’antisémitisme et ont adopté l’IHRA devraient surveiller la manière dont eux et leurs institutions influencent l’opinion publique et la propagation des préjugés contre Israël. Les acteurs politiques doivent être plus prudents avant d’apposer des étiquettes sur les produits de consommation israélo-juifs, ou de faire de l’apartheid ou de légitimer le BDS. Les exemples sont infinis, et les nombreuses condamnations et menaces institutionnelles poussent aujourd’hui les foules antisémites dans les rues avec un «manteau moral». Ces acteurs et institutions politiques se sont engagés à lutter contre l’antisémitisme, mais ils sont également responsables de sa création. C’est le cas depuis la résolution 3379 des Nations Unies de 1975, qui assimilait le sionisme au racisme.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News