Ce qui suit est un extrait d’un chapitre, y compris des notes de bas de page, de The Industry of Lies du journaliste israélien Ben-Dror Yemini. C’est une lecture incontournable et concise. Le livre a été publié par le groupe pro-israélien norvégien Med Israel For Fred (MIFF) en 2015 et est maintenant disponible gratuitement en ligne ici en norvégien (Avec nos remerciements : Conrad) :

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Un mythe courant est que les Juifs des pays arabes vivaient en harmonie avec leur environnement non juif sous la domination musulmane. [2] « L’âge d’or » de l’égalité, de la tolérance, de l’épanouissement culturel et de l’harmonie interreligieuse. « L’âge d’or », une brève période d’épanouissement juif dans l’Espagne musulmane, a été sorti de son contexte d’origine et est devenu une sorte d’étiquette historique qui peint une image de prétendue tolérance et d’harmonie sous la domination musulmane. Ce n’est qu’à cause du sionisme et de l’escalade du conflit en Palestine, dit-on, que cette harmonie s’est effondrée. [3] Ce mensonge a été répété d’innombrables fois. Il devrait être contré.

La majorité des Juifs des pays arabes n’ont pas connu les horreurs de l’Holocauste. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les Juifs européens ont davantage souffert. Cela n’améliore pas beaucoup la situation des Juifs des pays musulmans, même avant le sionisme. Il y a eu des périodes où les Juifs vivaient dans une paix relative sous la domination musulmane. Il y a eu des périodes – comme après l’expulsion d’Espagne – où le sultan turc a effectivement invité les Juifs en tant qu’invités de bienvenue. [4]

Mais ces périodes étaient des exceptions et non la règle. La plupart du temps, les Juifs des pays musulmans vivaient à la merci des autorités, et ils étaient souvent victimes d’humiliations, d’expulsions, de pogroms et de privations systématiques de leurs droits. Il convient de rappeler la réponse du philosophe juif tunisien Albert Memmi au dirigeant libyen de l’époque, Mouammar al-Kadhafi, après son invitation aux juifs des pays arabes à revenir, au sujet du mythe selon lequel c’est le sionisme qui a laissé le judéo-arabe harmonie en ruines:

La vérité est que nous avons vécu une vie de peur et d’humiliation dans les pays arabes. Je ne répéterai pas les massacres d’avant le sionisme […] La vérité est que la jeunesse juive des pays arabes est devenue sioniste avant Auschwitz ; l’état d’Israël n’est pas le résultat d’Auschwitz, mais de la situation juive en général, y compris la situation dans les pays arabes. [5]

Lire l’article en entier (norvégien)