Le conseil de Shaban Khalaf aux autres Gazaouites qui envisagent de se rendre en Europe à la recherche d’une vie meilleure, comme il l’a fait, est catégorique: ne vous inquiétez pas, cela ne vaut pas le danger et le coût. 

Khalaf devrait savoir. Désespéré de trouver un emploi décent à Gaza, où l’économie est sur le point de s’effondrer, le diplômé en journalisme s’est envolé pour la Turquie via l’Egypte en juin 2018 et a tenté pas moins de 18 fois de traverser vers l’Europe, principalement par bateau. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Une fois qu’un navire de la marine a touché le nôtre, notre bateau a fait demi-tour et nous avons failli mourir», a déclaré Khalaf, 25 ans, ajoutant que les autorités turques ou grecques les renverraient chaque fois sur les côtes turques. 

En février de cette année, il avait renoncé et était rentré chez lui à Gaza, encore plus pauvre après avoir payé les passeurs qui avaient tenté en vain de le faire entrer en Europe.

«Je ne conseille pas aux gens de partir sauf si un travail les y attend. Il vaut mieux rester et mourir avec leurs familles à Gaza que de se jeter dans l’inconnu ou de mourir dans la mer », a-t-il déclaré. 

Des milliers d’autres Palestiniens ont vécu des expériences similaires alors qu’ils tentaient d’échapper au chômage endémique, à la pauvreté et à la violence de la vie à Gaza, petite enclave entre Israël et l’Égypte dirigée par le groupe islamiste Hamas.