Selon la Coordination des activités gouvernementales dans les territoires, de fausses allégations ont été faites récemment selon lesquelles l’administration civile et le bureau de coordination et de liaison du district d’Hébron ont démoli ou ont l’intention de démolir un chantier à Hébron destiné aux tests COVID-19.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

 » De tels informations sont sans équivoque faux et sans fondement. Une fondation a été construite sur le site en question à la fois illégalement et à des fins privées. Après qu’un ordre d’arrêt des travaux a été émis et du matériel de construction confisqué, comme le fait le protocole lorsque les permis appropriés n’ont pas été obtenus pour la construction, un panneau a été accroché à l’emplacement annonçant la construction prévue d’un site de test de coronavirus. Aucune demande n’a été reçue par l’Administration civile, l’Autorité palestinienne ou les organisations internationales travaillant dans la région concernant la construction d’un site d’essai COVID-19 sur place. »

Un entretien avec le maire d’Hébron montre que cette histoire est fausse.

À l’entrée nord d’Hébron, qui la relie à Halhoul et aux villages du nord, de l’ouest et de l’est, la municipalité a commencé à construire un centre de prélèvement d’échantillons (test corona) auprès de ceux qui arrivent dans la ville depuis cette entrée, mais le les autorités d’occupation ont menti, car le centre a reçu une (notification concernant sa) démolition, avant même que les travaux (c’est-à-dire sa construction) ne soient terminés, ou avant qu’il ne soit équipé, selon ce qu’a déclaré le maire d’Hébron, Taysir Abu Sneine à «Al-Arabi Al-Jadid».

🟦 ANNONCE 🟦

Abu Sneine a déclaré: «Nous avons commencé à travailler il y a onze jours sur cette parcelle de terrain, qui a été donnée par le citoyen Ra’ed Masawdeh, et après les travaux préparatoires, nous avons érigé une structure qui ressemblait à un centre ou à une clinique, mais le citoyen a reçu une notification de l’occupation concernant la démolition du centre qui était en cours d’équipement, alors que l’occupation ne rate jamais une occasion de commettre des violations contre Hébron et ses fils, même lorsque le gouvernorat (d’Hébron) est confronté au coronavirus.

Selon le maire d’Hébron, la municipalité a à peine commencé la construction du bâtiment quand Israël les a informés que c’était illégal – pas, comme on le prétend maintenant, en regardant la construction pendant deux ou trois mois.

C’est un cas classique de Palestiniens qui construisent délibérément dans la zone C à des fins purement politiques – si Israël applique la loi, cela donne à Israël une mauvaise image pour avoir démoli ce que les Palestiniens prétendent être une infrastructure essentielle; si Israël n’applique pas la loi, ils ont réussi à voler des terres à Israël. L’histoire changeante de Maswadeh et son empressement à faire d’Israël un diable le prouvent.

Pendant ce temps, il y a une résurgence du COVID-19 à Hébron. Au lieu de se concentrer là-dessus, trop de dirigeants palestiniens dépensent de l’argent et du temps à jouer à ce genre de jeux politiques anti-israéliens.

Finalement le COGAT a publié une déclaration selon laquelle le bâtiment illégal n’a été qualifié que rétroactivement d’installation COVID-19 après qu’Israël a donné l’ordre de le démolir. C’est à ce moment-là qu’ils ont créé un panneau affirmant qu’il s’agissait d’un établissement médical. Personne n’a prétendu qu’il s’agissait d’un centre de test COVID-19 pendant sa construction.

Vous pouvez également voir sur cette photo que le bâtiment n’était pas prêt à ouvrir, comme l’a affirmé Maswadeh.

clie



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News