La décision de Vladimir Poutine de lancer une invasion de l’Ukraine a déclenché un débat mondial sur la question de savoir si la Russie devrait être expulsée d’une partie autrefois obscure du système bancaire mondial, connue sous le nom de SWIFT.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Alors que le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a lancé des appels furieux pour que la Russie soit exclue de SWIFT, les dirigeants mondiaux semblent divisés, pour l’instant.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait pression pour que la Russie soit expulsée du réseau mondial de paiement à la suite d’un appel des dirigeants du Groupe des Sept (G7). Et le Premier ministre australien Scott Morrison a fermement soutenu une telle décision, affirmant qu' »il s’agit de s’assurer que leurs robinets sont fermés, et c’est le prix à payer ».

Mais le président américain Joe Biden a jusqu’à présent été tiède à l’idée, affirmant que les sanctions de cette semaine contre les banques russes seraient tout aussi efficaces ; et le chancelier allemand, Olaf Scholz, estime que le monde devrait attendre. « Nous devons garder les sanctions préparées pour les temps ultérieurs. »

Ceux qui poussent au retrait de la Russie de SWIFT affirment que ce serait un énorme coup économique pour Poutine et la Russie. Mais qu’est-ce que SWIFT exactement et pourquoi une interdiction de réseau est-elle considérée comme une sanction aussi grave ?

Qu’est-ce que SWIFT ?

La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications (SWIFT) est un élément de plomberie essentiel qui relie les banques du monde entier. Il s’agit d’un système de messagerie qui permet aux banques de transférer de l’argent rapidement et en toute sécurité, prenant en charge des milliards de dollars de flux commerciaux et d’investissements.

Basée en Belgique, la société est une coopérative détenue par des institutions financières du monde entier, qui a été fondée en 1973 pour remplacer le réseau télex (un réseau de téléscripteurs qui envoyaient des messages). SWIFT affirme connecter plus de 11 000 banques et autres entreprises dans plus de 200 pays.

En règle générale, l’infrastructure de paiement est l’une des parties les moins attrayantes de la finance. C’est quelque chose que peu d’entre nous réparent ou inquiètent, à moins qu’il ne se brise. Cependant, SWIFT fait la une des journaux car il pourrait être une arme financière puissante à utiliser contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

Elle est considérée comme une sanction financière particulièrement sévère car elle se situe au cœur du système bancaire : restreindre l’accès des banques russes aux flux monétaires mondiaux rendrait beaucoup plus difficile pour les entreprises russes d’exporter ou d’importer, ou de se financer depuis l’étranger.

Mais comme le Premier ministre Morrison l’a souligné aujourd’hui, toute interdiction de la Russie devrait être « avec les pays du monde entier ». « C’est quelque chose qui nécessite particulièrement l’implication des États-Unis en raison de la devise [américaine] qu’elle prend en charge dans ce système. »

Pourquoi alors hésiter à expulser la Russie ?

L’une des raisons pour lesquelles certains pays européens sont prudents est que l’expulsion de la Russie du système bancaire mondial pourrait avoir un coût pour leurs propres économies. La Commission européenne déclare que la Russie est le cinquième partenaire commercial de l’UE (les principales exportations de marchandises de l’UE vers la Russie en 2020 étaient les machines et le matériel de transport, les produits chimiques et les produits manufacturés). Une interdiction de SWIFT pourrait rendre tout cela coûteux et difficile.

Il est également possible que la Russie trouve des moyens de contourner l’interdiction SWIFT, bien que l’efficacité de ces mesures ne soit pas claire. La Banque centrale de Russie a développé sa propre alternative à SWIFT, appelée Financial Message Transfer System, bien qu’elle soit loin d’être aussi grande que le réseau SWIFT : le site Web de la Banque de Russie indique que son système est utilisé par environ 400 banques.

On craint également le rôle que les crypto-monnaies pourraient jouer dans le contournement de toute sanction, à un moment où les banques centrales occidentales se méfient déjà de la montée des crypto-actifs comme alternative à l’argent soutenu par le gouvernement.

SWIFT a déjà expulsé certaines banques : en 2012, il a expulsé des banques iraniennes sanctionnées par l’Union européenne. Il a ramené de nombreuses banques en ligne en 2016 après la levée des sanctions.

Un porte-parole de SWIFT a souligné sa neutralité, affirmant qu’il avait été créé pour « le bénéfice collectif de sa communauté de plus de 11 000 institutions dans 200 pays ». « Toute décision d’imposer des sanctions à des pays ou entités individuels appartient uniquement aux agences gouvernementales compétentes et aux législateurs applicables », a déclaré le porte-parole.

Quelles autres mesures les dirigeants mondiaux pourraient-ils prendre ?

Il est clair que la diplomatie n’a pas réussi à empêcher un conflit militaire. Les pays occidentaux ont clairement indiqué qu’ils n’enverraient pas de troupes mais offriraient un soutien militaire, tel que la fourniture d’armes et d’autres équipements.

Les membres de l’OTAN renforcent également leur présence sécuritaire, les États-Unis envoyant plus de troupes en Allemagne, par exemple. L’Australie fournira du matériel militaire non létal et des fournitures médicales pour aider l’Ukraine via les canaux de l’OTAN. Mais il y a aussi une gamme d’autres réponses.

Jusqu’à présent, beaucoup d’entre eux étaient bon marché. Des sanctions commerciales ont été imposées, les activités des banques russes à l’étranger ont été freinées et la négociation d’obligations d’État russes a été interdite. Les entreprises russes ont également été interdites d’emprunter sur les marchés britanniques. L’Allemagne a suspendu la certification du gazoduc Nord Stream 2, qui était au cœur des plans de Moscou pour stimuler les ventes d’énergie vers l’Europe.

Des individus russes, y compris des parlementaires et des milliardaires proches de Poutine, sont visés par des interdictions de voyager, des ordonnances de gel des avoirs et d’autres restrictions.

L’UE et les États-Unis tentent également de restreindre l’accès de la Russie à la technologie, y compris les semi-conducteurs, les ordinateurs, les lasers et les capteurs utilisés par son armée.

L’espoir est que cette escalade de la pression infligera finalement un coût économique douloureux à la Russie et aura un effet dissuasif sur de nouvelles actions militaires.

 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !