Le groupe palestinien de défense des droits humains Al Haq a publié un rapport en 2018 sur la façon dont les gouvernements palestiniens suivaient mal la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW.)

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Les premières pages accusent Israël d’être la principale raison pour laquelle les femmes palestiniennes sont victimes de discrimination, ce que l’on attend de tous les rapports sur les droits humains publiés par les organisations palestiniennes. Mais enfin, au paragraphe 10, on voit qu’Al Haq accuse Mahmoud Abbas d’être quasiment un dictateur, sans le dire directement :
La division politique interne palestinienne actuelle a eu des conséquences négatives sur la situation des droits de l’homme. Le PLC ayant cessé de fonctionner, la branche exécutive du gouvernement a monopolisé à la fois les fonctions législatives et exécutives. La transparence et le dialogue public sont largement absents des processus législatifs et politiques. Le système judiciaire est également compromis par l’ingérence de l’exécutif, ce qui conduit à une absence de responsabilité et de réparation pour les victimes. L’exécutif a en outre imposé des restrictions croissantes aux organisations de la société civile (OSC) telles que des restrictions sur les transactions financières, y compris lorsque les salaires des employés des OSC ne sont transférés qu’après l’approbation du ministère de l’Intérieur. Ces restrictions sont imposées sans aucune base légale.
Ensuite, il détaille les lois et pratiques misogynes de l’Autorité palestinienne, et comment elle n’a pratiquement fait aucun progrès dans l’adhésion à la convention qu’elle a signée, un point que j’ai fait dans le passé . 
L’ensemble de la législation palestinienne en vigueur en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ne contient pas de définition de la « discrimination à l’égard des femmes » telle qu’elle figure à l’article 1 de la CEDAW. La législation palestinienne en vigueur ne contient pas non plus de dispositions ayant pour effet de criminaliser toute forme de discrimination spécifiquement à l’encontre des femmes.
En matière de mariage et de relations familiales, les dispositions de la loi de 1976 sur le statut personnel en vigueur en Cisjordanie et de la loi de 1954 sur les droits de la famille en vigueur dans la bande de Gaza sont discriminatoires à l’égard des femmes et des filles. Ces lois doivent être amendées et mises en conformité avec la CEDAW. Les dispositions discriminatoires affectent particulièrement le mariage, le divorce, le droit de choisir un mari, la polygamie, la tutelle, la garde, l’adoption, l’héritage, la pension alimentaire pour enfants, les biens communs et le témoignage.

Al Haq n’entre pas dans les détails, mais dans tous ces domaines, les femmes ont explicitement moins de droits que les hommes, voire aucun droit. Je l’ai résumé une fois :

Mahmoud Al-Habbash, juge en chef des tribunaux de la charia et conseiller du président pour les affaires religieuses [a déclaré] que  la charia islamique a préséance sur les conventions internationales.
Al-Habbas a affirmé que qu’il ne pas accepter ou appliquer les modifications aux lois qui contredisent la charia islamique, il a en outre affirmé que ce serait  pas   être accepté par le palestinien Président, l’ automate, et les palestiniens personnes.
La loi pénale palestinienne ne criminalise pas le viol conjugal. La législation pénale palestinienne criminalise « l’ avortement consensuel ». Le 13 juin 2018… un  certain nombre de femmes [manifestantes] palestiniennes ont été harcelées sexuellement par le personnel de sécurité palestinien et des individus alignés en civil. Al-Haq a documenté des cas de ces incidents, notamment des cas où des femmes ont été harcelées sexuellement, battues avec des matraques, agressées verbalement et aspergées de gaz poivré.
Ces histoires de racisme systémique sont toujours ignorées ou enterrées par les médias. Bien plus souvent, on voit Israël blâmé pour la misogynie palestinienne.


Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !