La communauté juive de Turquie est encore sous le choc d’une vidéo qui est devenue virale à la fin du mois de juillet. La vidéo montre ce qui semble être un camp d’été dans lequel de jeunes enfants, accompagnés d’un groupe de femmes vêtues de burqa, sont dirigés par une jeune femme ou une femme conseillère antisémite en turc.

Dans le clip de 39 secondes, lorsque la fille dit: « Les Juifs », les femmes et les enfants répondent: « La mort! »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Quand elle dit « Palestine », ils répondent: « Ce sera sauvé ».

Quand elle appelle, « Hagia Sophia » – se référant à la cathédrale-musée byzantine à Istanbul que le président turc Recep Tayyip Erdoğan a annoncé sera transformée en une mosquée – ils scandent « Elle sera ouverte. »

Quelques jours après le début de la diffusion des images, Garo Paylan, député du Parti démocratique du peuple, un parti d’opposition, a tweeté son indignation. Il a annoncé son intention de déposer une plainte pénale contre la conseillère du camp et l’organisation derrière elle.

Deux jours après la publication du tweet, Paylan a soumis les questions parlementaires suivantes à la ministre de la Famille, du Travail et des Services sociaux, Zehra Zümrüt Selçuk, à la ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, et au ministre de la Justice, Abdülhamit Gül:

– Où et sous la garde de qui étaient les enfants du film ?
– Leurs parents ou d’autres membres de la famille étaient-ils présents lors de l’événement ?
– Les enfants à qui on a demandé de crier «Mort aux Juifs» se sont-ils réunis lors de cet événement dans le cadre d’une organisation ?
– L’événement a-t-il eu lieu avec la connaissance de votre ministère ?
– Allez-vous lancer une enquête sur les organisateurs et les familles de ces enfants qui maltraitent et les encourager à commettre des crimes motivés par la haine?
– Allez-vous lancer des enquêtes administratives sur les autorités qui ont négligé de révéler l’événement?
– Vas-tu mettre ces enfants sous la protection de ton ministère?
– Quelles précautions votre ministère prendra-t-il pour que nos enfants ne soient plus exposés à de tels abus ?