Israël Hayom ajoute des détails inquiétants à un rapport publié hier:

 » Le tribunal militaire d’Ofer a accusé dimanche un Palestinien de viol, d’agressions et de l’enlèvement d’une fillette juive âgée de sept ans.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le suspect, concierge dans une école de la région de Binyamin en Judée-Samarie, a rencontré la fille à l’école et a entretenu une relation privilégiée avec elle en lui parlant de temps en temps et en lui donnant des bonbons.

Le jour en question, le suspect prit la fille par la main et la mena de force à une maison voisine où il la viola brutalement. Après l’acte, le suspect a libéré la fille.  »

L’avocat Haim Bleicher, de l’organisation d’aide juridique de droite Honenu, qui représente la famille, a publié un communiqué dans lequel il a déclaré: «C’était un incident extrêmement brutal et effroyable,alors que d’autres personnes étaient présentes [pendant le viol], apparemment des ouvriers palestiniens qui ont humilié la fille, l’ont dégradée et ont aidé le suspect. Cela semble être un acte de pure haine de la part d’un groupe qui a bafoué toute décence humaine simplement parce que la victime était juive.  »

Si plus d’un arabe était présent, cela change de ce qui aurait pu être considéré « seulement » le viol d’un enfant dans un tout nouveau niveau de dépravation. Il s’agissait peut-être d’un complot épouvantable et malade et d’un incident antisémite planifié au cours duquel des travailleurs palestiniens ont choisi d’aider au viol d’une enfant juive parce qu’elle était juive.

L’acte d’accusation ne mentionnait personne d’autre présent, bien qu’il n’y ait aucune raison de douter que la police enquête toujours.

Imaginez si un groupe de Juifs avait été accusé d’avoir fait cela à une fille arabe. Les manchettes crieraient et l’histoire ferait la une du New York Times. Les groupes juifs de gauche crieraient qu’ils n’avaient rien à voir avec un tel crime. Amnesty et Human Rights Watch s’efforceraient de publier des communiqués de presse et des tweets surpassant l’autre sur le fait que c’est la preuve que la société israélienne est malade.

Mais cet événement est mentionné comme une autre affaire criminelle, et uniquement dans les médias israéliens. Les ONG se taisent.

Aussi malade que cela puisse paraître, il ne fait aucun doute que les médias et les ONG ne veulent pas parler de cette histoire, notamment parce que l’enfant victime est un « colonisateur » et ne mérite donc aucun droit de l’homme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here