Il y a quelques mois, Muhammed Desai, directeur du BDS South Africa, était accusé d’avoir surpris et harcelé trois femmes en une nuit.

L’une des victimes, Sang Hea Kil, professeur à l’Université d’État de San Jose, a récemment parlé de son calvaire aux mains (supposément errantes) de Desai.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Desai a en réalité été blanchi par une enquête indépendante sur les allégations, mais le Women’s Legal Center a renversé la décision.

 » Nous notons avec une grande déception le résultat de la plainte de notre cliente concernant le harcèlement sexuel contre Mohammed Desai.

Notre cliente, ainsi que deux autres femmes, ont déposé des  plaintes auprès de la Commission de BDS SA contre M. Desai le 22 Mars 2019, suite à des incidents de harcèlement sexuel le 21 er  Mars 2019 Johannesburg, Gauteng. Le 3 avril 2019, le conseil d’administration de BDS-SA a annoncé qu’une enquête indépendante serait convoquée le 15 avril et qu’elle serait terminée dans un délai d’un mois.

Tout au long du mois d’avril et jusqu’au 16 mai, le Women’s Legal Center a écrit au conseil d’administration de BDS SA pour demander des éclaircissements sur le mandat de l’enquête. Le but pour lequel nous avons recherché les informations était de permettre à la plaignante de comprendre et de prendre des décisions éclairées concernant sa participation au processus d’enquête. Le WLC n’a reçu aucune réponse ni accusé de réception des préoccupations exprimées.

Sans nous en aviser, notre cliente a été approchée pour la première fois le 20 mai 2019 par courrier électronique par l’enquêteur de sa plainte. Elle a également été informée que l’enquête était en cours d’urgence et a été invitée à confirmer le contenu de ses déclarations. Aucune question nouvelle ou supplémentaire ne lui a été posée et elle n’a pas eu le choix de s’entretenir avec elle.

Le 27 mai 2019, elle a été informée par l’intermédiaire de ses avocats du Women’s Legal Centre que l’enquête était terminée et qu’il avait été conclu qu’aucune mesure disciplinaire ne devait être prise à l’encontre de M. Desai, son comportement n’étant pas constitutif d’un comportement fautif au travail.

Nous sommes déçus par les conclusions juridiques, mais nous sommes encore plus déçus par son analyse. Cela montre clairement un parti pris en faveur de l’auteur, et l’enquêteur fait porter le fardeau aux femmes de s’attaquer au harcèlement sexuel et d’y résister fermement. Il choisit d’exiger que les victimes de harcèlement sexuel indiquent clairement en informant verbalement l’auteur et les autres personnes que le comportement est indésirable et inacceptable. Nous nous référons aux extraits suivants du rapport, que BDS SA a indiqué publiés sur son site web:

  1. 85: «On ne voit pas pourquoi la professeure Kil, une activiste palestinienne consommée qui a déjà rencontré des Mackivistes aux États-Unis et dans sa communauté d’activisme ne pourrait pas inviter sévèrement M. Desai à s’abstenir de ce qu’elle considérait comme un comportement sexuel prédateur inapproprié. . « 
  2. 88 : «Selon les déclarations du professeur X, de Mme Y et du professeur Z [1], le professeur Kil leur aurait dit que M. Desai« l’agaçait, il ne pouvait pas la laisser tranquille et il la dérangeait ». Pourquoi la professeure Kil n’a-t-elle pas dit aux autres plaignantes ni à aucune autre personne au restaurant qu’elle était harcelée sexuellement?

Ces types d’analyses, parmi lesquelles figurent dans le rapport, sont extrêmement préjudiciables aux victimes de harcèlement sexuel et présentent un biais en faveur des auteurs masculins. Il s’agit d’une approche régressive du harcèlement sexuel, contrairement à la façon dont nos tribunaux ont interprété les lois en matière de harcèlement sexuel. Se focaliser sur le fait que le fait que la cliente n’ait pas indiqué qu’elle est verbalement mal à l’aise rend ses déclarations faibles, est une mauvaise analyse de l’incident.

Cette enquête et son rapport illustrent bien l’importance d’une approche centrée sur la victime pour faire face au harcèlement sexuel. Le rapport préconisait une approche fortement critiquée et remettait en cause les motifs et le comportement du plaignant par rapport à la norme de la « victime parfaite », impliquant et créant un récit dans de nombreux cas où les victimes réagissaient de manière excessive ou recherchaient l’attention, qui a des effets dommageables pour la victime dans les conséquences déjà pénibles de la recherche de la justice et de son échec. Ce faisant, le rapport ignore délibérément les relations de pouvoir profondément enracinées et liées au genre qui existent entre les hommes et les femmes sur le lieu de travail, ainsi que les espaces sociaux liés au travail, mais utilise ironiquement une approche tout à fait indicative.

Il ignore également la jurisprudence sur la manière dont le harcèlement sexuel peut avoir lieu en dehors des bureaux et qu’elle a souvent lieu dans des espaces sociaux liés au travail.

Il est décevant qu’à l’ère où les voix des femmes doivent être entendues et compte tenu des nombreux cas de harcèlement sexuel dans le secteur public au cours des deux dernières années, à un moment où des progrès doivent être faits pour que les femmes se sentent bien. suffisamment sûrs pour pouvoir se manifester dans les processus de harcèlement sexuel, que ce rapport sera utilisé comme une justification régressive pour laisser les hommes sortir de la violence sexuelle, et son impact sur les futures femmes.

Nous nous engageons à être solidaires avec toutes les victimes de harcèlement sexuel à BDS South Africa, dans le secteur public, avec celles qui se sont manifestées et avec celles qui ne l’ont pas fait. Nous continuerons d’aider notre cliente à mesure qu’elle envisage ses options pour l’avenir .

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here