Le Liban réprime les non-citoyens y compris les Palestiniens qui sont des « invités » depuis plus de 70 ans. Les restrictions extrêmes imposées par le Liban aux Palestiniens , leur interdisant de nombreux types d’emplois, ne leur permette pas de posséder des terres ni même d’agrandir leurs maisons dans les camps. Et maintenant, les entreprises qui ont embauché des Palestiniens sont fermées et leurs propriétaires arrêtés.

Si les Palestiniens au Liban veulent travailler et sont tellement empêchés de travailler pour les autres, ils penseraient naturellement à créer leur propre entreprise, n’est-ce pas ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Les lois libanaises leur rendent la tâche extrêmement difficile.

Pour chaque nouvelle entreprise, le propriétaire (non citoyen) doit déposer cent millions de livres libanaises (environ 67 000 dollars). 

S’ils réussissent à franchir ce grand obstacle et s’ils veulent ouvrir un magasin familial, il existe une autre règle: 75% de leurs employés doivent être libanais. 

Ce qui signifie que les parents doivent embaucher six travailleurs dont ils n’auront peut-être pas besoin pour ouvrir l’entreprise ! 

Ce sont les entreprises que le Liban a récemment fermées, ainsi que des entreprises appartenant à des Libanais qui ont embauché des Palestiniens pour des emplois auxquels ils ne sont pas autorisés. 

Les Palestiniens ont brûlé des pneus à l’entrée de leur camp de l’UNRWA pour protester contre la répression, bien que la question de savoir pourquoi cela serait considéré comme autre que gênant leur propre peuple est une autre question.

Des groupes palestiniens, le Fatah et le Hamas, ont protesté contre les nouvelles lois auprès du gouvernement libanais, sans succès jusqu’à présent. 

À ce jour, les comptes de Human Rights Watch et d’Amnesty Twitter sur Twitter sont restés silencieux à ce sujet.