Le Premier ministre irakien Adel Abdul-Mahdi a déclaré lundi que « des enquêtes sur l’attaque de certaines unités bases pro-chiites (PMU) indiquent qu’Israël est derrière ces bombardements « . C’est la première fois qu’il parle aussi clairement d’une série d’attaques mystérieuses depuis juillet qui ont ciblé des installations de munitions .

Auparavant, des voix en Irak ont ​​cherché à blâmer Israël, mais ont été réticentes à le faire clairement. Des éléments au sein du PMU – un groupe de milices majoritairement chiites, dont certaines sont étroitement liées au corps des gardes de la révolution islamique d’Iran – ont plutôt tenu les États-Unis pour responsables, affirmant que les États-Unis avaient autorisé Israël à mener ses attaques.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Alors pourquoi Abdul-Mahdi, qui fait face à de nombreux défis chez lui, décide-t-il de blâmer Israël maintenant ?

Il semble que le Premier ministre irakien blâme Israël à ce stade, parce qu’il est la cible de critiques pour le limogeage d’un membre clé du Service de lutte contre le terrorisme (LTC), le lieutenant général Abdul Wahab Al-Saadi, qui était un commandant adjoint populaire de la CTS – l’unité la plus élite d’Irak – et qui a joué un rôle clé dans la lutte contre l’Etat islamique.

Cependant, il a été soudainement mis à l’écart la semaine dernière et le Premier ministre est critiqué à travers le spectre politique. Cependant, le bureau d’Abdul-Mahdi a déclaré que la décision était irréversible et a insisté sur le fait que Al-Saadi devait s’y conformer.

En outre, des rumeurs ont circulé contre le commandant, suggérant qu’il se soit rendu dans des ambassades étrangères. Abdul-Mahdi a tenté de blâmer la CTS pour la décision prise lundi, suggérant que le chef d’état-major souhaitait que Al-Saadi soit éliminé.

Le Premier ministre irakien a déclaré que « personne ne veut la guerre dans la région à l’exception d’Israël », mais un contexte important se profile. Il était récemment en Arabie saoudite et doit maintenant se rendre en Iran.

Hossein Salami, président de l’IRGC, a parlé lundi, menaçant de détruire Israël. En outre, le Tasnim iranien croit que les États-Unis ont repositionné ses ressources aériennes hors du Qatar, affirmant que ses drones effraient les Américains.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !