Certains ont une vision fataliste du terrorisme. Ils disent que si quelque chose se produit, c’est la volonté de Dieu et vous ne pouvez pas l’arrêter.

Je ne suis pas ici pour entrer en conflit sur le hashkafa ou la philosophie juive.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Je vous demanderai cependant si tel est votre point de vue, n’avez-vous toujours pas un devoir de diligence envers ceux de vos fidèles qui, comme ceux de la Résistance et du Ghetto de Varsovie, ne partagent pas votre point de vue?

Je ne dis pas que tous les actes terroristes peuvent être évités. Je dis qu’une culture de sensibilisation à la sécurité doit naître dans la communauté juive. Nous devons être des aigles, pas des autruches.

Le Rabbi de Loubavitch en parlait aussi. Sa position: chaque communauté a la responsabilité d’assurer la sécurité de ses membres. Vous pouvez avoir la foi – mais vous devez toujours agir.

S’il s’agit d’une question de budget, rappelez-vous que si, Dieu nous en préserve, une attaque massive dans une synagogue ou une école juive, que j’appelle un 11 septembre juif, l’argent se matérialiserait immédiatement pour empêcher un événement lié à la sécurité.

Donc, si la budgétisation de la sécurité devait être trouvée après coup, elle pourrait sûrement être concrétisé aujourd’hui.

Soyons clairs. Je n’appelle pas les forces de contrôle à prendre la sécurité en main, peut-être par inadvertance pour rendre leurs camarades de congrégation ou les étudiants encore moins en sécurité. Je n’ai pas la vision kahana ».

Je dis que le peuple juif est confronté à une crise existentielle séparée des mollahs de Téhéran et des tirs d’armes à feu du Hamas ou du Hezbollah. Nous sommes en état de siège chez nous, même si nous ne voulons pas y croire. Nous ne sommes plus en sécurité.

Le temps d’agir n’est pas juste maintenant. Le temps d’agir est hier, car demain sera peut-être trop tard.

MICHAEL LEVIN (JP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here